Plus de notes à l'école primaire

Les avis divergent sur l’adoption de la suppression des notes à l’école primaire. Plusieurs arguments ont été avancés pour défendre cette position. Si comme beaucoup de parents, vous vous posez des questions sur l'avenir de la notation en école primaire, lisez notre article.

Les arguments en faveur de la suppression des notes à l’école primaire


Il existe de nombreux arguments qui soutiennent la suppression de la notation en école primaire. D'abord, de nombreuses personnes considèrent que ce sont le travail et la compréhension qui importent le plus dans les petites classes et non les notes qui souvent ne correspondent pas à la valeur réelle de l’élève.

L’Afev notamment soutient cette théorie. Produire beaucoup d’efforts pour obtenir de bonnes notes en classe pourrait procurer un sentiment de dévalorisation à un jeune élève, ce qui induirait une situation de mal être. De plus, la notation représente une méthode de tri et de sélection entre les bons et les moins bons. Les classes primaires ne servent pas à former des élites mais plutôt à apprendre les connaissances élémentaires et les bases nécessaires, comme compter, lire ou écrire. La notation serait ainsi superflue.

Une mauvaise note devient pour l’enfant une source de dévalorisation. Les protagonistes de la nouvelle méthode d’appréciation, en remplacement de la notation, avancent qu’on n’obtient pas de bons résultats en hiérarchisant les élèves. Il est préférable d'aider les élèves à progresser, sans leur infliger la pression de la réussite dès le plus jeune  âge.

Pour cela, au lieu de donner une note, on peut faire savoir à l'élève qu'il a compris la leçon ou non, que son travail a porté ses fruits, sinon qu’il doit encore améliorer ses méthodes. Les mauvaises notes chez les jeunes élèves sont susceptibles de produire un sentiment de dévalorisation de soi-même qui peut laisser des stigmates et provoquer des difficultés d'apprentissage à long terme.

Les arguments contre la suppression des notes à l’école primaire


Par contre, de l’autre coté du banc on soutient que les notes restent une référence et un repère. Sans elles, il est difficile de faire une évaluation objective des élèves. De plus, si l’obtention d’une bonne note ne devrait pas être la motivation principale d’un effort d'apprentissage, il est évident que le sentiment de satisfaction qui en découle est un facteur de motivation. Et si l’on ne s’en tient qu’à l’évaluation des compétences, qui est un système pédagogique mis à l’œuvre depuis 2005, les parents auront du mal à évaluer l’évolution de leurs enfants sans les notes. Certaines personnes font remarquer que l’absence de notation donne libre cours aux enseignants, ce qui élimine l’uniformité de l’enseignement et l’installation de méthodes d’évaluation éparses.

Avant tout il faut noter le travail et pas les élèves


Qu'ils soient pour ou contre le maintien de la notation à l'école primaire, les deux parties sont d’accord à dire que la note ne devrait pas être assimilée à l’élève mais qu’elle doit être un moyen de motivation vers une progression. Il est important de mettre en avant qu’une mauvaise note ne traduit pas un mauvais élève, mais qu’elle est juste le témoin qu’un travail d'assimilation de la leçon n’est pas correctement fait. Il est essentiel d'inculquer aux élèves d’école primaire que la note va au résultat de son travail et non à lui-même.